Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le courage politique est de sortir de l'hypocrisie ambiante et de réformer en profondeur les Comores pour assurer un décollage économique crédible

Par Darchari MIKIDACHE

 

Les fonds de citoyenneté économique sont une fuite en avant et une mystification qui handicape le décollage économique et les réformes nécessaires pour sortir les Comores du statut de  Pays les Moins Avancés (PMA).

 

Dans mon dernier article sur un nouvel élan pour le développement des Comores, un internaute à envoyé en commentaire cette photo d'un passeport comorien vendu. 

 

Comment-on vendre notre souveraineté à l'extérieur au lieu de mobilise nos propres ressources pour développer notre pays?

 

L'idée de fonds de citoyenneté est une fuite en avant, une mystification, une lâcheté économique,  qui consiste à continuer cette idée de mendicité et de culture de l'assistanat au delà de détournements de milliards et de milliards de francs Comoriens ou de pétrodollars.

 

Comment expliquer aucune Commission Nationale chargée d'étudier les profils des gens  censés obtenir la citoyenneté économique  alors qu'elle ne s'est pas réunie pour faire son travail. Et pendant ce temps-là, les  présidents successifs  et leurs cabinets  ainsi que  les différents directeurs de sûreté nationale continuent à signer des décrets de naturalisation économique sans vérification des identités des concernés. Cela est intolérable et inadmissible. Chacun doit assumer ses erreurs et ses responsabilités quant à la gestion non seulement des fonds publics obtenus en plus des ventes illégales en sous main sous forme de trafic à des groupes dangereux voir terroristes mais également l'attribution des passeports économiques dans une  travail d'identification des personnes concernées.

Il est temps de regarder en face nos propres erreurs et d'assumer nos responsabilités respectives sans indexer personne en particulier. Au delà d'une enquête parlementaire de pure forme, une investigation nationale devra être menée pour établir la vérité et les vraies responsabilités  de tous ceux qui ont eu à gérer cette question en particulier ceux qui avaient un pouvoir décisionnaire. 

 

Nous devons engager de réformes internes pour créer une culture de la transparence, de l'exigence de résultats, de bonne gouvernance en particulier de tolérance zéro. 

Pour  aller de l'avant, nous devons changer de mentalités, de pratiques de gouvernance tout en adoptant cette nécessaire culture de résultats et d'impunité zéro.

 

Nous devons soutenir le secteur privé, les initiatives des jeunes qui entreprennent en non seulement facilitant davantage les démarches mais également en créant un climat de confiance continu en  termes de sécurité des investissements, de sécurité juridique, de baisse  substantielle du coût global du crédit pour les créations d'entreprises créant de nouveaux emplois durables, de dispositifs pérennisés de suivi des entrepreneurs, d'octroi de crédit à taux réduit et à taux zéro pour les initiatives de " Made in Comoros " afin de développer l'emploi et créer un choc micro-économique susceptible de devenir un catalyseur dans l'industrialisation des Comores. J'ai proposé à maintes reprises des programmes de mobilisation des ressources financières internes y compris l'utilisation de l'argent qui dort dans les établissements publics de crédit et assimilé pour créer une véritable Caisse de dépôt et des consignation  à travers la levée de fonds d'épargne sous forme de Livret d'Epargne  Développement (LED) auquel la diaspora comorienne pourrait y participer. La mobilisation des recettes fiscales et non fiscales à travers une hausse significative du taux de recouvrement des recettes publiques et l'élargissement de l'assiette fiscale sans alourdir la fiscalité pour autant est une piste essentielle dans la reconquête de notre souveraineté financière et économique.  Nous sommes en mesure d'y arriver. 

Tout cela exige que la volonté des gouvernants soit à la hauteur des enjeux nationaux. À défaut, nous sommes condamnés à un état d'hypocrisie qui anesthésie le décollage économique pendant plusieurs décennies. Aucune émergence ne sera possible sans cette nécessité de justice républicaine impartiale et sans cette quête collective d'une exigence d'équité sociale et de résultats.

 

Darchari MIKIDACHE 

 

www.ceec-comores.com & www.darcharimikidache.com

 

Tag(s) : #Nation, #Développement économique, #Justice, #Jeunesse, #Finances Publiques

Partager cet article

Repost 0