Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour un nouvel élan dans le décollage économique des Comores : tirons les leçons de nos échecs  pour réussir l'avenir
Pour un nouvel élan dans le décollage économique des Comores : tirons les leçons de nos échecs  pour réussir l'avenir

Par Darchari MIKIDACHE, président du think-tank "Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC)

 

Pourquoi faut-il chercher des boucs émissaires de nos échecs ?  Nous,  les Comoriens avons  tendance à oublier nos propres échecs pour accuser l'étranger ou les institutions de notre faillite collective. Les présidents Comoriens sont les premiers responsables de cet échec collectif. Avons-nous oublié  qu'aux Comores nous avons un régime présidentiel et non parlementaire , ce qui signifie que rien ne peut se décider sans le consentement ou l'approbation du chef de l’État?  Pourquoi devrions-nous excuser le premier magistrat du pays, les présidents de la République (passés et présent) en  disant que s'il a échoué c'est la faute de son entourage ? Alors que c'est lui qui a les pleins pouvoirs. 

 

 Chers Compatriotes, nous devons nous réveiller. Qu'est qui empêche un président d'agir de manière juste et équitable en préservant l'Unité du pays et en privilégiant le décollage économique et social  tout  en choisissant les meilleurs des citoyens pour redresser le pays? 

Sortons nos têtes du sable en regardant la réalité en face. La faillite et les échecs répétés de notre pays ne sont pas le fait des institutions vu que nous avons changé de système plusieurs mais bien l'échec de nos élus et de nos gouvernants, à commencer par les présidents,les ministres, les parlementaires et les directeurs de services et de société. Le premier responsable est évidemment les présidents qui ont gouverné notre pays depuis l'indépendance. Soyons lucide en évitant l'hypocrisie ambiante qui fait qu'un bœuf ne mange pas un bœuf.  C'est en nous remettant en cause et en choisissant les meilleurs dirigeants du pays dans un esprit de justice sociale, d'équilibre sociétal, de respect des intérêts de la Nation que nous pourrons progresser. 

Je récuse tous ceux qui remettent en cause le système politique et qui oublient que les premiers responsables de la situation désastreuse que vivent nos concitoyens sont les présidents passés et présents. Ils avaient les pleins pouvoirs et ils ont échoué. 

Changeons nos mentalités. Sortons de cette culture de la mendicité et de l'assistanat. Exigeons des résultats concrets et vérifiables de la part de nos élus et dirigeants à commencer par le président de la  République qui doit être au service du peuple et non l'inverse. 

 

Oui je dis que tous les présidents depuis l'indépendance ont échoué. Certains ont essayé certes mais cela reste insuffisant. Apprenons de nos erreurs afin d'éviter le pire : l'instabilité politique, les injustices de toutes natures et l'éclatement de la Nation comorienne.

 

La volonté politique est priorité. De même, l'instauration d'une justice républicaine, indépendante et équitable reste la clé de voûte du système au même titre que l'exemplarité de nos gouvernants. 

 

Certains parlent d’émergence sans savoir ce que cela signifie.  Il est essentiel qu'il existe des étapes intermédiaires qui exigent des efforts continus et des réformes intelligentes, courageuses et efficaces  avant d'arriver à ce stade. Commençons déjà par sortir du statut de Pays les Moins Avancés (PMA) pour arriver au statut de Pays à Revenus Intermédiaires tels le Cap-Vert, le Sénégal.. etc.

 

Soyons lucides et ne nous nous  laissons pas manipuler par des ds Stratégies de communication qui reposent sur du vide alors que les efforts nécessaires ne sont pas entrepris et que la loi est bafouée tous les jours par ceux qui sont censés la faire respecter.  Comment peut-on attendre des investisseurs étrangers ou ceux issus de la diaspora qu'ils viennent investir massivement aux Comores alors que la culture de l'impunité règne en maître  aussi bien au niveau sociétal qu'au niveau des procédures judiciaires avec une corruption qui atteint des sommets.

 

Créons un nouveau pacte d'Actions publiques qui soutiennent les initiatives privées créatrices d'emplois  en accompagnant durablement les porteurs de projets privés ou communautaires et en baissant le coût de crédit pour les entreprises privées qui forment et embauchent des jeunes. 

 

Comment excuser les chefs d’État successifs alors que le chômage touche près de la moitié de la population active en particulier les jeunes.  La mobilisation des ressources internes fiscales et non fiscales, une gestion efficiente des ressources humaines y compris les talents issus de la diaspora comorienne, l'instauration d'une nouvelle politique d'impunité zéro en matière d'application de la justice et des faits de détournements des biens et deniers publics, l'instauration d'une culture de transparence et de résultats, une réforme du système éducatif national pour plus de professionnalisation tant au niveau des lycées qu'à l'Université, une utilisation efficiente de l'épargne nationale pour financer l'industrialisation du pays et la construction d'infrastructures de base (routes, hôpitaux, points d'approvisionnement en eau potable, réhabilitation et rénovation des écoles publiques, création d'une compagnie aérienne et maritime à capitaux publics et privés, le développement de l'économie numérique avec une réduction pour les usagers des coûts d'accès au haut débit et aux appels, la création de zones d'activités économiques privilégiée dans les régions sinistrées, le renforcement de la justice sociale et de la méritocratie constituent de mon point de vue des chantiers essentiels et prioritaires au même titre que la promotion du genre et l'égalité des chances pour tous.

Nous devons également produire local et favoriser la consommation locale avec la promotion de l'agriculture, la transformation de nos produits locaux y compris les produits de rente (vanille, ylang ylang, girofle, jasmin etc.) Et nous devons également créer des usines qui exploitent nos richesses maritimes. De même, nous devons développer le tourisme comorien en l'organisant  avec la création d'une agence nationale de développement du tourisme  dotée d'un fonds propre. 

 

Mon engagement politique repose sur ces piliers et sur la nécessité de rassembler en renforçant l'équité et la bonne gouvernance.

 

Tout est question de volonté politique.

 

Darchari MIKIDACHE

 

https://www.facebook.com/darchari.mikidache.politique

Sites web de référence : www.ceec-comores.com et www.darcharimikidache.com

 

Tag(s) : #Nation, #Développement économique, #Economie

Partager cet article

Repost 0